Maries au premier regard : peut-on vraiment trouver l’amour grace a la science ?

Maries au premier regard : peut-on vraiment trouver l’amour grace a la science ?

L’emission « Maries au premier regard », diffusee ce 27 janvier 2020 dans M6, pretend construire des couples « scientifiquement ». Nous avons recueilli l’avis du sociologue Jean-Claude Kaufman concernant votre programme.

Les candidats de l’emission « maries au premier regard » repondent a des tests de personnalite.

« Grace aux progres de la science, on va pouvoir savoir mieux que vous-meme de qui vous allez tomber amoureux » explique en preambule de « Maries au premier regard » le sexologue et psychologue Pascal de Sutter, l’une des trois cautions scientifiques de l’emission. Le concept de votre programme : soumettre des candidats a une batterie de tests pour faire emerger de votre panel, des personnalites « compatibles a environ 70% » explique l’emission. « Dans les faits, nous vivons dans un monde ou les relations se font essentiellement sur de l’attractivite physique ou sexuelle, ainsi, ou l’on attache moins d’importance a d’autres facteurs qui sont garants d’une relation a plus long terme » a explique Pascal de Sutter a Sciences et Avenir.

Et ces autres facteurs garantissant un couple perenne, Pascal de Sutter et deux autres experts affirment les avoir debusques en explorant l’abondante litterature scientifique qu’on pourra effectivement tomber sur dans la formation des couples. « Aujourd’hui, les progres military cupid d’la science dans la connaissance du fonctionnement psychologique de l’humain seront tels qu’on est en mesure de etablir a 80% de fiabilite la personnalite de quelqu’un » affirme le sociologue dans l’emission. Et l’equipe y croit a tel point que l’objectif de l’emission est de proposer a des personnalites reperees tel « compatibles » de se rencontrer Afin de la premiere fois. le jour de leur mariage. Peut-on vraiment trouver l’amour grace a la science ? Concernant le savoir, nous nous sommes interesses a toutes les tests « scientifiquement reconnus » comme le martele la production, qui sont proposes au cadre de votre « experience unique ».

Le questionnaire de compatibilite des « Big Five » est utilise dans « Maries au premier regard »

Une agreable partie de l’analyse des candidats passe via des questionnaires de personnalite. Notamment celui des « Big Five ». Un test mis au point en annees 1980 visant a evaluer cinq grand traits de personnalite que sont l’Ouverture (aux autres et a la nouveaute), la Conscience professionnelle, l’Extraversion, l’Agreabilite et le Nevrosisme (le fait d’eprouver sans probli?me ou non des emotions desagreables). « Nous un avons egalement fera passer le ‘test de Hare’ (du nom du psychologue canadien Robert Hare qui l’a mis au point) visant a reperer les psychopathes » nous a explique Pascal de Sutter. Concernant le est, le chercheur reconnait que l’emission ne semble s’i?tre nullement basee dans des tests « valides scientifiquement », du fera de certaines contraintes. « Par exemple, on ne est en mesure de gui?re legalement demander a des personnes leur orientation sexuelle. On a donc du adapter les tests a l’experience » poursuit Pascal de Sutter. Mais une telle adaptation s’est faite a partir de tests « reconnus et valides via nos pairs » affirme le chercheur. Nous n’avons toutefois nullement pu en connaitre plus ni lire les questionnaires proprement dit.

Quant a J’ai pertinence scientifique des tests employes, c’est donc via parole que l’on doit croire Pascal de Sutter, « auteur de centaines d’articles scientifiques qui font reference au domaine d’la psychologie conjugale », Catherine Solano « sexologue et therapeute de couple la plus connue de France, une reference dans le monde d’la sexologie depuis 16 ans », et Stephane Edouard « sociologue incontournable dans les relations homme femme ».

Pascal de Sutter, chercheur a l’Universite de Louvain est en mesure de se targuer d’une bibliographie bien fournie, avec beaucoup de etudes i  propos des mecanismes du desir sexuel, ainsi, meme sur la maniere dont « l’historique des orgasmes vaginaux d’une cousine est discernable a travers sa demarche » (si si !). Catherine Solano, egalement professeur de sexologie a l’universite de Louvain a aussi publie dans des revues a comite de lecture. En revanche, nous n’avons achete pas de article de cette nature a l’actif de Stephane Edouard, « ce professionnel dans l’art en seduction qui donne depuis dix ans des conferences a toutes les quatre coins en France ». Ce soir a recemment ete accuse d’avoir tenu des propos sexistes et misogynes, et cela a motive des internautes a lancer une petition contre l’emission, ainsi, Stephane Edouard a reagir via son blog « Hommes d’influence ». Outre les tests de personnalite, des trois experts ont egalement procede a des tests olfactifs i  l’occasion desquels, la production a fait sentir aux participants des tee-shirts prealablement portes pendant trois nuits par nos participants du sexe oppose. Chacun devait ensuite evaluer quelles odeurs etaient jugees comme attractives ou non. Selon le aussi principe, l’attractivite de la voix des participants fut evaluee avec des celibataires de l’autre sexe. Enfin, des mesures i  propos des corps des participants ont ete realisees (epaules, dimensions, hanche) dans le but de « determiner l’attraction morphologique » et « d’eviter des incompatibilites, des frustrations et des deceptions » explique Pascal de Sutter.